Les contes des mille et un mythes par Nas E Boutammina

Les contes des mille et un mythes

Titre de livre: Les contes des mille et un mythes

Éditeur: Books On Demand

ISBN: 2810602581

Auteur: Nas E Boutammina


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Les contes des mille et un mythes.pdf - 37,788 KB/Sec

Mirror [#1]: Les contes des mille et un mythes.pdf - 38,550 KB/Sec

Mirror [#2]: Les contes des mille et un mythes.pdf - 28,680 KB/Sec

Nas E Boutammina avec Les contes des mille et un mythes

Les contes des mille et un mythes - I , de Nas E. Boutammina (Volume 1)

Durant des millénaires, l'Humanité sombrait inéluctablement vers les abysses ténébreux moraux et spirituels. Le monde confiné dans des systèmes politiques et socioéconomiques infâmes édifiés par quelques individus établis en dynasties [la noblesse, le clergé, les généraux] et qui se maintenaient au pouvoir par de sanglantes rivalités. Quelle valeur humaine pourrait éclore d'une telle tyrannie, d'une telle inhumanité ? Que pouvait-on attendre des sociétés baignées dans des croyances magiques, superstitieuses et mythologiques ?
Les sociétés humaines étaient coincées dans l'étau étroit des Ténèbres de l'Ignorance et de l'Obscurantisme. Dès lors, la Science [Connaissance] fruit de la réflexion humaine qui établit que l'Univers est crée selon des Lois rigoureuses par un Dieu unique, vivant, omniscient, omniprésent et distinct du monde était non seulement inconnue, mais ne pouvait même pas se concevoir par ces sociétés jusqu'au VIe siècle.
Les directives des Messagers divins furent recouvertes d'une épaisse couche de légendes et de fables. C'est alors que de gré ou de force, les sociétés humaines s'accommodaient, par habitude, des religions confectionnées à partir d'une superposition de mythes, de fictions et sans cesse remaniées au cours du temps.
La classe dirigeante se déifiait, enivrée par les privilèges et captivée par le culte du pouvoir et de la puissance. Le pillage, le massacre et l'esclavage furent les seules institutions estimables. Les Empires se créaient et périssaient au gré des conflits. Pour échapper à ce monde de ravages et de barbarie, certains hommes rassemblés en communauté se sont cloîtrés dans des monastères et des temples dans un total replis du monde.
Avant l'avènement de l'Islam, toutes les sociétés en général et la société gréco-romaine en particulier, se mouvaient dans le bourbier de la mythologie, de la superstition et d'une barbarie so

Livres connexes

Les contes des mille et un mythes - I , de Nas E. Boutammina (Volume 1)

Durant des millénaires, l'Humanité sombrait inéluctablement vers les abysses ténébreux moraux et spirituels. Le monde confiné dans des systèmes politiques et socioéconomiques infâmes édifiés par quelques individus établis en dynasties [la noblesse, le clergé, les généraux] et qui se maintenaient au pouvoir par de sanglantes rivalités. Quelle valeur humaine pourrait éclore d'une telle tyrannie, d'une telle inhumanité ? Que pouvait-on attendre des sociétés baignées dans des croyances magiques, superstitieuses et mythologiques ?
Les sociétés humaines étaient coincées dans l'étau étroit des Ténèbres de l'Ignorance et de l'Obscurantisme. Dès lors, la Science [Connaissance] fruit de la réflexion humaine qui établit que l'Univers est crée selon des Lois rigoureuses par un Dieu unique, vivant, omniscient, omniprésent et distinct du monde était non seulement inconnue, mais ne pouvait même pas se concevoir par ces sociétés jusqu'au VIe siècle.
Les directives des Messagers divins furent recouvertes d'une épaisse couche de légendes et de fables. C'est alors que de gré ou de force, les sociétés humaines s'accommodaient, par habitude, des religions confectionnées à partir d'une superposition de mythes, de fictions et sans cesse remaniées au cours du temps.
La classe dirigeante se déifiait, enivrée par les privilèges et captivée par le culte du pouvoir et de la puissance. Le pillage, le massacre et l'esclavage furent les seules institutions estimables. Les Empires se créaient et périssaient au gré des conflits. Pour échapper à ce monde de ravages et de barbarie, certains hommes rassemblés en communauté se sont cloîtrés dans des monastères et des temples dans un total replis du monde.
Avant l'avènement de l'Islam, toutes les sociétés en général et la société gréco-romaine en particulier, se mouvaient dans le bourbier de la mythologie, de la superstition et d'une barbarie soLes contes des mille et un mythes - I , de Nas E. Boutammina (Volume 1)

Durant des millénaires, l'Humanité sombrait inéluctablement vers les abysses ténébreux moraux et spirituels. Le monde confiné dans des systèmes politiques et socioéconomiques infâmes édifiés par quelques individus établis en dynasties [la noblesse, le clergé, les généraux] et qui se maintenaient au pouvoir par de sanglantes rivalités. Quelle valeur humaine pourrait éclore d'une telle tyrannie, d'une telle inhumanité ? Que pouvait-on attendre des sociétés baignées dans des croyances magiques, superstitieuses et mythologiques ?
Les sociétés humaines étaient coincées dans l'étau étroit des Ténèbres de l'Ignorance et de l'Obscurantisme. Dès lors, la Science [Connaissance] fruit de la réflexion humaine qui établit que l'Univers est crée selon des Lois rigoureuses par un Dieu unique, vivant, omniscient, omniprésent et distinct du monde était non seulement inconnue, mais ne pouvait même pas se concevoir par ces sociétés jusqu'au VIe siècle.
Les directives des Messagers divins furent recouvertes d'une épaisse couche de légendes et de fables. C'est alors que de gré ou de force, les sociétés humaines s'accommodaient, par habitude, des religions confectionnées à partir d'une superposition de mythes, de fictions et sans cesse remaniées au cours du temps.
La classe dirigeante se déifiait, enivrée par les privilèges et captivée par le culte du pouvoir et de la puissance. Le pillage, le massacre et l'esclavage furent les seules institutions estimables. Les Empires se créaient et périssaient au gré des conflits. Pour échapper à ce monde de ravages et de barbarie, certains hommes rassemblés en communauté se sont cloîtrés dans des monastères et des temples dans un total replis du monde.
Avant l'avènement de l'Islam, toutes les sociétés en général et la société gréco-romaine en particulier, se mouvaient dans le bourbier de la mythologie, de la superstition et d'une barbarie so