Histoires de Morts au Cours de la Vie par Martine Lani-Bayle

Histoires de Morts au Cours de la Vie

Titre de livre: Histoires de Morts au Cours de la Vie

Éditeur: Editions L'Harmattan

ISBN: 2296545564

Auteur: Martine Lani-Bayle


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Histoires de Morts au Cours de la Vie.pdf - 49,603 KB/Sec

Mirror [#1]: Histoires de Morts au Cours de la Vie.pdf - 26,587 KB/Sec

Mirror [#2]: Histoires de Morts au Cours de la Vie.pdf - 31,292 KB/Sec

Martine Lani-Bayle avec Histoires de Morts au Cours de la Vie

Les morts de proches et les frôlements de la sienne sont des événements biographiques qui bousculent profondément les cours de vies, sociale, relationnelle, personnelle. Avec beaucoup de biodiversité. Suivant l'âge, la proximité, la brutalité, la fréquence, la culture, le moment paroxystique... Mais avec une même sidération, encore accentuée par la perte de prégnance des grands modèles de survie. Et pourtant les vies reprennent leur cours, survivent. Pourquoi ? Et comment ? Autant de luttes pour la vie, péri et post mortem, intriguantes, riches d'acquis expérientiels vitaux à reconnaître, connaître, pour apprendre à vivre au mieux avec la mort. Tout un chantier de formation permanente à ouvrir, dans le prolongement complémentaire de celui des histoires de vies en formation. La préface d'Edgar Morin, combien vitalisante, atteste qu'une révolution copernicienne est possible, précieuse, en cours, à propos de notre conception de la mort. Elle propose l'exemple inaugural, voire archétypal, d'histoires de morts au cours de la vie. En aval et plus ponctuellement, l'ouvrage en fournit des éléments de construction. Vingt personnes ont réussi à percer les murs d'une communication limite, aux frontières de la vie et de la mort, pour exprimer leur expérience, selon une matrice qui croise les grands moments du mourir - avant, pendant, après -, avec différents types de morts, la sienne, celles de proches et celles des autres.

Livres connexes

Les morts de proches et les frôlements de la sienne sont des événements biographiques qui bousculent profondément les cours de vies, sociale, relationnelle, personnelle. Avec beaucoup de biodiversité. Suivant l'âge, la proximité, la brutalité, la fréquence, la culture, le moment paroxystique... Mais avec une même sidération, encore accentuée par la perte de prégnance des grands modèles de survie. Et pourtant les vies reprennent leur cours, survivent. Pourquoi ? Et comment ? Autant de luttes pour la vie, péri et post mortem, intriguantes, riches d'acquis expérientiels vitaux à reconnaître, connaître, pour apprendre à vivre au mieux avec la mort. Tout un chantier de formation permanente à ouvrir, dans le prolongement complémentaire de celui des histoires de vies en formation. La préface d'Edgar Morin, combien vitalisante, atteste qu'une révolution copernicienne est possible, précieuse, en cours, à propos de notre conception de la mort. Elle propose l'exemple inaugural, voire archétypal, d'histoires de morts au cours de la vie. En aval et plus ponctuellement, l'ouvrage en fournit des éléments de construction. Vingt personnes ont réussi à percer les murs d'une communication limite, aux frontières de la vie et de la mort, pour exprimer leur expérience, selon une matrice qui croise les grands moments du mourir - avant, pendant, après -, avec différents types de morts, la sienne, celles de proches et celles des autres.Les morts de proches et les frôlements de la sienne sont des événements biographiques qui bousculent profondément les cours de vies, sociale, relationnelle, personnelle. Avec beaucoup de biodiversité. Suivant l'âge, la proximité, la brutalité, la fréquence, la culture, le moment paroxystique... Mais avec une même sidération, encore accentuée par la perte de prégnance des grands modèles de survie. Et pourtant les vies reprennent leur cours, survivent. Pourquoi ? Et comment ? Autant de luttes pour la vie, péri et post mortem, intriguantes, riches d'acquis expérientiels vitaux à reconnaître, connaître, pour apprendre à vivre au mieux avec la mort. Tout un chantier de formation permanente à ouvrir, dans le prolongement complémentaire de celui des histoires de vies en formation. La préface d'Edgar Morin, combien vitalisante, atteste qu'une révolution copernicienne est possible, précieuse, en cours, à propos de notre conception de la mort. Elle propose l'exemple inaugural, voire archétypal, d'histoires de morts au cours de la vie. En aval et plus ponctuellement, l'ouvrage en fournit des éléments de construction. Vingt personnes ont réussi à percer les murs d'une communication limite, aux frontières de la vie et de la mort, pour exprimer leur expérience, selon une matrice qui croise les grands moments du mourir - avant, pendant, après -, avec différents types de morts, la sienne, celles de proches et celles des autres.