Introduction à l'esthétique : Le Beau par Georg Wilhelm Friedrich Hegel

Introduction à l'esthétique : Le Beau

Titre de livre: Introduction à l'esthétique : Le Beau

Éditeur: Flammarion

ISBN: 208122383X

Auteur: Georg Wilhelm Friedrich Hegel


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Introduction à l'esthétique : Le Beau.pdf - 34,306 KB/Sec

Mirror [#1]: Introduction à l'esthétique : Le Beau.pdf - 21,886 KB/Sec

Mirror [#2]: Introduction à l'esthétique : Le Beau.pdf - 48,193 KB/Sec

Georg Wilhelm Friedrich Hegel avec Introduction à l'esthétique : Le Beau

L'art est-il éternel ? Dans son Esthétique, publiée en 1832, Hegel soutient que le temps n'est plus à la créativité artistique mais aux musées et à la réflexion sur l'art. C'est une conception particulière de l'activité de l'artiste et de sa mission dans l'histoire qui le conduit à en faire ainsi une chose du passé. L'art ne relève pas, d'après lui, du sentiment : sa vocation n'est pas de plaire mais d'exprimer une quête de sens. En élaborant la matière, il élève les apparences muettes de la nature au rang d'une réalité symbolique. Contrairement au beau naturel, le beau artistique vient de l'homme et parle à l'homme. Un peuple retrouve ainsi dans l'art de son temps les représentations qu'il se fait confusément de lui-même. Dans le cours de l'histoire universelle, la religion puis la philosophie finissent par surpasser le travail de l'artiste : elles parviennent mieux que lui à assumer cette fonction de révélation de l'esprit à lui-même. L'art perd alors sa raison d'être...

Une puissante spéculation sur l'essence et sur l'histoire de l'art. --Émilio Balturi

Livres connexes

L'art est-il éternel ? Dans son Esthétique, publiée en 1832, Hegel soutient que le temps n'est plus à la créativité artistique mais aux musées et à la réflexion sur l'art. C'est une conception particulière de l'activité de l'artiste et de sa mission dans l'histoire qui le conduit à en faire ainsi une chose du passé. L'art ne relève pas, d'après lui, du sentiment : sa vocation n'est pas de plaire mais d'exprimer une quête de sens. En élaborant la matière, il élève les apparences muettes de la nature au rang d'une réalité symbolique. Contrairement au beau naturel, le beau artistique vient de l'homme et parle à l'homme. Un peuple retrouve ainsi dans l'art de son temps les représentations qu'il se fait confusément de lui-même. Dans le cours de l'histoire universelle, la religion puis la philosophie finissent par surpasser le travail de l'artiste : elles parviennent mieux que lui à assumer cette fonction de révélation de l'esprit à lui-même. L'art perd alors sa raison d'être...

Une puissante spéculation sur l'essence et sur l'histoire de l'art. --Émilio BalturiL'art est-il éternel ? Dans son Esthétique, publiée en 1832, Hegel soutient que le temps n'est plus à la créativité artistique mais aux musées et à la réflexion sur l'art. C'est une conception particulière de l'activité de l'artiste et de sa mission dans l'histoire qui le conduit à en faire ainsi une chose du passé. L'art ne relève pas, d'après lui, du sentiment : sa vocation n'est pas de plaire mais d'exprimer une quête de sens. En élaborant la matière, il élève les apparences muettes de la nature au rang d'une réalité symbolique. Contrairement au beau naturel, le beau artistique vient de l'homme et parle à l'homme. Un peuple retrouve ainsi dans l'art de son temps les représentations qu'il se fait confusément de lui-même. Dans le cours de l'histoire universelle, la religion puis la philosophie finissent par surpasser le travail de l'artiste : elles parviennent mieux que lui à assumer cette fonction de révélation de l'esprit à lui-même. L'art perd alors sa raison d'être...

Une puissante spéculation sur l'essence et sur l'histoire de l'art. --Émilio Balturi